Header
Accueil du site > Publications > Les zoïsites de Canari (France) et Merelani (Tanzanie) : similitudes et (...)

Les zoïsites de Canari (France) et Merelani (Tanzanie) : similitudes et différences

Giuliani, G. ; Pignatelli, I. ; Lheur, C. ; Feneyrol, J. ; Claiser, N. ; Tissandier, L. ; Fallick, A.E. ; Boyce, A. ; Ohnenstetter, D., Le Règne Minéral

Les zoïsites de Canari (France) et Merelani (Tanzanie) : similitudes et différences

Giuliani, G. ; Pignatelli, I. ; Lheur, C. ; Feneyrol, J. ; Claiser, N. ; Tissandier, L. ; Fallick, A.E. ; Boyce, A. ; Ohnenstetter, D.

Le Règne Minéral, 2019, 149, 20-51

Abstract :

La formation des zoïsites à Cr (±V) de Canari (Corse) et à V (±Cr) de Merelani (Tanzanie) est le résultat respectif d’un épisode métamorphique dans le faciès Schiste vert, de moyenne à basse température (480-300°C). Ces zoïsites se forment au cours de phases tectono-métamorphiques tardives et elles se localisent dans des systèmes de fissures, de veines, de veinules et/ou de poches. La zoïsite corse est associée à l’épisode tectonique extensif du Tertiaire qui affecta la série ophiolitique du Cap Corse. La zoïsite tanzanienne est néoprotérozoïque et reliée à la phase de rétromorphose qui affecta la série métasédimentaire de Merelani. À l’ancienne mine d’asbeste de Canari, la zoïsite se trouve dans des métagabbros, et à Merelani, dans des intercalations de roches calco-silicatées et de méta-évaporites au sein de gneiss graphiteux. Les sources du vanadium (V) et chrome (Cr) pour ces zoïsites sont d’origine mantellique : les métagabbros à Canari, et à Merelani, une série métasédimentaire où Cr et V proviennent de l’érosion de formations mafiques-ultramafiques et par la suite, du dépôt d’argiles à Cr-V dans un bassin sédimentaire de l’Océan mozambicain, qui est métamorphisé au Néoprotérozoïque, au cours de l’orogenèse de l’Afrique de l’Est. Les associations notamment de minéraux calciques et magnésiens soit comme paragenèse, soit comme minéraux inclus dans les zoïsites sont d’autres points minéralogiques communs. Les paramètres de maille calculés à partir d’une étude de rayons X sur un cristal de Canari confirment définitivement la présence de zoïsite au Cap Corse. Par ailleurs, les deux zoïsites de couleur verte possèdent de faibles (Canari) à extrêmement faibles (Merelani) teneurs en fer. Les différences sont majeures en ce qui concerne : (1) la nature du protolithe1 supportant la minéralisation ; (2) les cristaux en terme de dimension et de couleur qui sont de petite taille, transparents à translucides, faiblement colorés à Canari (très rarement avec une belle teinte verte), et de grande taille et fortement colorés à Merelani (avec une véritable zoïsite verte). Canari est une occurrence minéralogique reconnue alors que Merelani est un gisement de zoïsite gemme à haute valeur économique ; (3) la composition des fluides, aqueux (H2O) à Canari, et sulfurés (H2S-S8) à Merelani, ainsi que les mécanismes chimiques et thermodynamiques responsables de la formation de la zoïsite ; (4) les compositions isotopiques de l’oxygène qui sont très contrastées. Le traitement thermique réalisé sur la zoïsite de Canari, de couleur vert très clair, entre 400 et 700°C pendant six heures, n’a pas mis en évidence de changement de couleur, phénomène décrit également pour la zoïsite verte de Merelani.




publié mercredi 30 octobre 2019