Header
Accueil du site > Actualités / News > Séminaires - Thèses > Soutenance de thèse de Sébastien Lénard

Soutenance de thèse de Sébastien Lénard

Mardi 26 novembre 2019 à 14h, amphi du CRPG

Evolution de l’Himalaya de la fin du Miocène à nos jours à partir de l’histoire de son érosion

La communauté des sciences de la Terre est animée d’un intense débat sur l’impact des Glaciations sur les chaînes de montagnes. Les montagnes forment leur relief à partir des interactions entre la tectonique, le climat et l’érosion. L’érosion détruit les roches en altitude et les rivières et les écoulements gravitaires sous-marins (turbidites) en transfèrent les débris vers les bassins sédimentaires. L’érosion résulte de l’action des précipitations, des rivières ou des glaciers. Des études suggèrent que les changements dans l’amplitude ou la saisonnalité des précipitations et les changements dans l’étendue des glaciers ont provoqué une augmentation mondiale et considérable des taux d’érosion sur les derniers millions d’années. Cependant, cette hypothèse est débattue car les taux d’érosion passés sont estimés avec des approches indirectes.

Ici, je me concentre sur l’Himalaya, la chaîne de montagne par excellence située à la convergence des plaques indiennes et eurasiennes. C’est là que se développent les plus hauts sommets et les vallées les plus profondes de la Terre. Les glissements de terrain et l’érosion glaciaire fournissent l’un des flux sédimentaires les plus élevés aux océans. Pour déterminer les taux d’érosion passés, j’ai mesuré la quantité d’isotope cosmogénique 10Be accumulée dans le sédiment de quartz. Ces isotopes sont produits à la surface de la Terre par l’interaction des rayons cosmiques avec la matière. Les isotopes s’accumulent progressivement dans les roches proches de la surface, en fonction de l’altitude et des taux d’érosion. La concentration isotopique du sédiment donne accès au taux d’érosion moyen du bassin versant à la source de celui-ci. Pour déterminer la source des sédiments et le paléoenvironnement de dépôt, j’ai effectué des mesures complémentaires sur les isotopes Sr-Nd et C-O.

J’ai réalisé mes mesures sur deux sites. Le site A est constitué de turbidites sableuses sédimentées dans les fonds marins de la baie du Bengale et recueillies par les expéditions 353 et 354 du programme scientifique IODP. Le site B est constitué de molasses déposées au front de l’Himalaya, dans les collines des Siwaliks, au sein du sanctuaire animalier de Valmiki en Inde. Le site A intègre l’érosion des bassins versants du Gange et du Brahmapoutre, couvrant l’Himalaya central et oriental. Le site B intègre l’érosion du bassin Narayani-Gandak, qui couvre le centre du Népal.

Mes résultats donnent un aperçu sans précédent de la variation de l’érosion dans une chaîne de montagnes au cours des sept derniers millions d’années. Ils impliquent que les taux d’érosion moyens sont stables depuis au moins trois millions d’années dans l’Himalaya, malgré les variations dans le transfert sédimentaire ou sur le lieu de l’érosion, et malgré les glaciations intenses de la fin du Cénozoïque.

Jury :

Taylor Schildgen (GFZ, Potsdam)
Vincent Godard (Cérège, Aix Marseille)
Pascale Huyghe (ISTerre, Grenoble)
Sébastien Carretier (GET, Toulouse)
Jérôme Lavé (CRPG CNRS-UL, Nancy), directeur
Christian France-Lanord (CRPG CNRS-UL, Nancy), directeur




publié lundi 28 octobre 2019