SONDES IONIQUES DU CRPG - PROJETS SCIENTIFIQUES

 

Météorites : processus présolaires

Evolution de la Lithosphère et du Manteau

Etude des processus qui contrôlent la composition isotopique du soufre du manteau terrestre. Implications sur les échanges de soufre entre la croûte et le manteau.

Traçage des échanges d'eaux dans le manteau, en mesurant la composition isotopique de l'hydrogène dans les minéraux hydroxylés des xénolithes mantelliques d'origines variées. Implications sur le recyclage d'eau superficielle et l'origine des océans.

Traçage et quantification des échanges entre le manteau, les océans et la croûte. Cycle global de l'eau et du lithium en utilisant les éléments traces ou les traceurs isotopiques.

LA COMPOSITION ISOTOPIQUE DU SOUFRE DES SULFURES EN INCLUSION DANS LES DIAMANTS ET LES ROCHES MANTELLIQUES

L'analyse isotopique in situ (34S/32S) de sulfures de quelques dizaines de mm a été la première analyse développée en 1986-1987 avec la sonde ionique ims 3f juste après sa livraison au CRPG. Les résultats obtenus ont permis de mieux cerner les compositions isotopiques du soufre dans le manteau et d'évaluer les échanges de soufre entre la croûte et le manteau, notamment sous l'effet de la subduction. Ces nouvelles données (aucune mesure de ce type n'existait préalablement) de composition isotopique du soufre dans des roches d'origine mantellique ont montré une forte hétérogénéité et ont remis en question un δ34S moyen du manteau supérieur semblable à celui des météorites (Nature 1987, 330, 242-244 ; EPSL 1989, 92, 144-156 ; GCA 1990, 54, 2835-2846).

La différence de composition isotopique moyenne du soufre (les variations du rapport 34S/32S donné en pour mille sous forme de notation δ34S) entre le manteau (δ34S entre +1 et +3 pour mille) et les chondrites (δ34S=0 ± 0.2 pour mille) implique soit (1) que l'ensemble du manteau est "contaminé" par de la croûte océanique subductée, ce qui semble difficile en termes de bilan de masse si l'on tient compte des informations fournies par les autres traceurs isotopiques et élémentaires, soit (2) qu'un dégazage important de soufre du manteau s'est produit sous forme d'H2S (alors qu'actuellement l'espèce soufrée dominante dans les gaz volcaniques est SO2) soit (3) qu'une perte de soufre sous forme de sulfures ayant un δ34S négatif s'est opérée vers le noyau lors de la différenciation de la Terre.

Météorites : évolution du système solaire

Evolution de la lithosphère et du manteau

Paléomarqueurs et érosion

Datations

Stabilisation des polluants

Emeraudes